Fresque_Riviera

Quelle base d’accord pour un parti révolutionnaire ?

Quand on est plus de deux (deux inclus !), on ne peut jamais être d’accord sur tout. Tout le monde en convient… Mais si on veut faire des choses ensembles, surtout des choses aussi complexes qu’une révolution socialiste, il faut avoir un minimum de bagage en commun. Tout le monde en conviendra… Quelles conditions définir ? Doit-on être d’accord sur les méthodes d’action, sur les revendications, sur la théorie ?

Lire la suite »

SovietScience

Vive l’industrie #OhYeah

Il est devenu compliqué aujourd’hui d’assumer que l’on aime l’industrie et l’industrialisation. Une sorte de rejet diffus du capitalisme progresse (ce qui est très bien), mais s’accompagne de tout un tas de conceptions confuses, idéalistes et petite-bourgeoises (mythe d’un juste milieu artisanal qui serait en soi meilleur) voire réactionnaires. Rien d’étonnant dans un contexte où la conscience de classe est historiquement basse et où les révolutionnaires marxistes n’ont qu’une audience anecdotique. Mais ce qui est plus problématique, c’est que beaucoup de marxistes sont elleux-mêmes confus sur le sujet, et font beaucoup de concessions idéologiques à la critique « anti-industrielle » de certains courants d’extrême gauche. Celle-ci ne mène pourtant nulle part.

Lire la suite »

ComposésNaturels

« Médecines alternatives, douces, naturelles… » Une critique matérialiste

Ceci est un coup de gueule argumentaire contre la bienveillance généralisée dont bénéficient les médecines “alternatives”. Ou médecines “douces”, “naturelles”…

Ce discours de rejet de la médecine conventionnelle est souvent associé à une défiance vaguement anticapitaliste contre une industrie pharmaceutique opaque, non démocratique, et guidée par le profit. Le problème c’est que la médecine conventionnelle est aussi une médecine scientifique, et que donc “l’alternative” peut conduire à toute sorte d’impasses…Lire la suite »

abu-salman-al-faransi

De l’obscurantisme au terrorisme ?

Un peu partout on entend comme une évidence que ce nous vivons aujourd’hui est un combat contre « l’obscurantisme », particulièrement depuis les attentats de Charlie et du 13 novembre.

Dans la pratique, il s’agit explicitement ou pas de viser « l’obscurantisme islamique », les trois quart du temps assorti du mot « barbare »1 pour bien signifier que cela ne vient pas de chez nous – alors que presque tous les terroristes frappant en France sont Français. Alors on veut nous faire chanter la Marseillaise, mettre des drapeaux tricolores aux fenêtres, pour « soutenir le gouvernement » de façon assumée2, ou en tout cas pour alimenter cet unanimisme qui paralyse la pensée.

Bien sûr, pour beaucoup, surtout à gauche, il s’agit d’un combat contre « l’obscurantisme religieux » en général, pas soupçonnable de racisme puisqu’il a longtemps visé d’abord le christianisme. Il s’agirait alors de continuer à répandre les Lumières et « la littérature pour faire reculer l’obscurantisme »3, puisque que c’est « l’obscurantisme qui a assassiné »4 ce 13 novembre.

Il ne s’agit pas de nier que le mouvement des Lumières était globalement progressiste, ou que la culture « c’est bien ». Il s’agit de comprendre que l’obscurantisme n’explique pas grand-chose.Lire la suite »

inflation-fr

Non l’Euro n’augmente pas spécialement les prix

C’est une idée qui circule comme une évidence, « ah ils nous ont bien eu avec le passage à l’euro ». « Moi je me rappelle la baguette elle était à 3 francs et maintenant elle est presque à 1 € ! » Il n’y a qu’à voir des vidéos comme celle-ci ou celle-là. Et les sondages confirment qu’une écrasante majorité de Français-e-s (89%) pensent que l’euro a fait augmenter les prix.Lire la suite »