Agriculture paysanne ou communiste ?

L’agriculture actuelle, comme la plupart des secteurs de l’économie capitaliste, est source de graves déséquilibres écologiques. Mais la plupart des militant-e-s de gauche tendent à épouser toutes les critiques de “l’agriculture productiviste et industrielle”, pour y opposer “l’agriculture paysanne” (comme Mélenchon). C’est aussi la ligne largement reprise à l’extrême gauche (au NPA en particulier, LO ne semble pas employer ces termes). Cela pose pourtant un certain nombre de problèmes politiques.

Lire la suite »

Publicités

LO, la décroissance, et le pragmatisme

Le problème avec les décroissants les plus radicaux, c’est qu’il s’enfoncent dans des raisonnements idéalistes et un projet de société basé sur une utopie qui ne fait rêver qu’eux. Le problème avec LO, c’est qu’elle se contente de traiter de réactionnaires des courants très divers dont une bonne partie part d’aspirations progressistes et de problèmes bien écologiques bien réels. Ni les uns ni l’autre ne parlent pragmatiquement, LO parce qu’elle en reste au niveau d’un marxisme schématique, les décroissants parce qu’ils ne savent pas distinguer les techniques et les rapports sociaux.

Lire la suite »

Quelle base d’accord pour un parti révolutionnaire ?

Quand on est plus de deux (deux inclus !), on ne peut jamais être d’accord sur tout. Tout le monde en convient… Mais si on veut faire des choses ensembles, surtout des choses aussi complexes qu’une révolution socialiste, il faut avoir un minimum de bagage en commun. Tout le monde en conviendra… Quelles conditions définir ? Doit-on être d’accord sur les méthodes d’action, sur les revendications, sur la théorie ?

Lire la suite »

Vive l’industrie #OhYeah

Il est devenu compliqué aujourd’hui d’assumer que l’on aime l’industrie et l’industrialisation. Une sorte de rejet diffus du capitalisme progresse (ce qui est très bien), mais s’accompagne de tout un tas de conceptions confuses, idéalistes et petite-bourgeoises (mythe d’un juste milieu artisanal qui serait en soi meilleur) voire réactionnaires. Rien d’étonnant dans un contexte où la conscience de classe est historiquement basse et où les révolutionnaires marxistes n’ont qu’une audience anecdotique. Mais ce qui est plus problématique, c’est que beaucoup de marxistes sont elleux-mêmes confus sur le sujet, et font beaucoup de concessions idéologiques à la critique « anti-industrielle » de certains courants d’extrême gauche. Celle-ci ne mène pourtant nulle part.

Lire la suite »

« Médecines alternatives, douces, naturelles… » Une critique matérialiste

Ceci est un coup de gueule argumentaire contre la bienveillance généralisée dont bénéficient les médecines “alternatives”. Ou médecines “douces”, “naturelles”…

Ce discours de rejet de la médecine conventionnelle est souvent associé à une défiance vaguement anticapitaliste contre une industrie pharmaceutique opaque, non démocratique, et guidée par le profit. Le problème c’est que la médecine conventionnelle est aussi une médecine scientifique, et que donc “l’alternative” peut conduire à toute sorte d’impasses…Lire la suite »