Partis révolutionnaires ou partis larges ?

Vu la faiblesse de l’extrême gauche et du mouvement ouvrier en général, il y a une attirance énorme des militant-e-s dès qu’il émerge « à gauche » une force politique avec une audience significative (Syriza, Podemos, la campagne Mélenchon en 2012…). Si l’on tire un minimum d’enseignement du passé, il faut garder la tête froide et rester fermes sur les principes révolutionnaires. Cela inclut aussi la discussion sur ce qu’il est possible de faire dans les « partis larges » pour de petites organisations révolutionnaires.Lire la suite »

Publicités